Bienvenue > Géographie

Un village au coeur de la forêt

La vaste clairière de Gespunsart, au croisement de quatre beaux vallons, représente une superficie de 2.400 hectares dont 1.200 hectares de fotêt couvrant les collines qui entourent le village.

Cette forêt est composée en grande partie de chênes. Charmes, hêtres et bouleaux s'y trouvent aussi en abondance... sans oublier les résineux.

Cèpes et giroles font le bonheur des amateurs de champignons. 

Un village bâti sur l'eau

Le territoire est traversé d'est en ouest par la Goutelle, petit ruisseau de 12 km qui prend sa source en Belgique dans les bois de Sugny et va se jeter dans la Meuse à Nouzonville après avoir traversé Pussemange (Belgique), Gespunsart et Neufmanil.

Un autre ruisseau prend sa source à Gespunsart, la Vrigne, qui se dirige vers le sud pour aller rejoindre la Meuse à Vrigne-Meuse.

L'ensemble de ces deux vallées correspond à l'ancien passage de la Meuse, venant de Vrigne et se jetant à Nouzonville dans son lit actuel. La transformation et la ligne de partage actuelle des eaux datent de la fin de l'ère quaternaire.

Le sol de Gespunsart est naturellement humide; autrefois même, il était marécageux, ce qui valut longtemps au pays le renom d'être malsain et d'engendrer des fièvres. Heureusement, les grands travaux d'assainissement entrepris depuis le milieu du XIXème siècle ont enlevé tout fondement à ce reproche.

Le village est alimenté en eau par la source de la Lutinière. D'autres sources importantes existent mais elles ne sont plus raccordées au réseau.

Un village de schiste

L'altitude de la plaine, près de la Lutinière, est de 207 mètres au-dessus du niveau de la mer.Les collines avoisinantes ne s'élèvent guère que de 75 à 100 mètres au-dessus de la vallée. Le point culminant qui se trouve dans le bois du Chêne-Ferré atteint une altitude 319 mètres (relevé d'Etat-Major de 1825).

Le sous-sol de Gespunsart appartient au terrain ardoisier et ne fut jamais véritablement exploité du fait de sa qualité médiocre. De quelques carrières ont été extraites des pierres à bâtir qui ont servi à construire la plupart des maisons du village.

Le fer et le calcaire sont très répandus, mais pas suffisamment pour être exploités.

Il est courant de découvrir des blocs de quartz, d'un blanc éclatant, au pied des collines et dans les vallées.

(source : "Histoire de Gespunsart" de Pierre-Louis PECHENARD et "Gespunsart" de Jean-Pol CORDIER)